Corneuil dans l'Histoire

Amateur d'histoires locales et d'Histoire tout court, retrouvez à télécharger les dossiers de notre historien local, Jean-Pierre Beurnaux. Merci à lui.

 

Au sommaire

 

 - Ceux de 14 à Corneuil (monographie de 47 pages)

 

- Les grognards de Corneuil, sur les Médaillés de Sainte-Hélène.


- De la Route Fleurie aux barbelés, sur les 11 poilus de notre monument aux morts : 1ère partie, 2ème partie


- Trois pavés dans nos mares, sur des chicaneries concernant des mares communales.


- Caroline, Jacques, Thomas et les autres, sur l'éducation et la construction de notre école communale.

Témoignage

La libération du Château

Témoignage de Monsieur Marcel Coueffé recueilli par J-P Beurnaux


Au matin de la libération de Corneuil (le 21 août 1944) des Allemands ont pris position dans l’actuelle maison de Madame Fromagé (1 rue Louis Jouvet) et tirent par la fenêtre donnant sur la rue sur les Américains qui viennent de Damville.

Á six heures du matin les Allemands arrivent dans la cour de la ferme de Mr et Mme Albert Coueffé [1] (18 rue de la Paix) et demandent à ce qu’on leur serve du lait et à manger. Certains rentrent dans la maison et comme il avait plu la veille ils font sécher leurs grenades à côté du feu, ce qui n’est pas sans inquiéter Mme Coueffé. Un soldat demande à l’un des employés de la ferme, Mr Ulysse Dugast [2], de lui creuser un abri lui offrant une protection pour riposter aux tirs américains. Ulysse Dugast refuse de se plier à cet ordre et le soldat allemand se contente de le traiter de « Filou ». Les Allemands sont loin d’être vindicatifs et semblent résignés à leur proche défaite ; ils disent à Mme Coueffé « Nous à quatre heures : prisonniers ».

Les tirs américains se rapprochent, les soldats allemands demandent à la famille Coueffé et à leurs employés de s’abriter dans une tranchée qui avait été creusée derrière leur four à pain [3]. Marcel Coueffé précise que cette tranchée était recouverte de planches et que l’on pouvait y tenir debout à six ou sept. Les tirs s’éloignent, lorsqu’ils cessent Ulysse Dugast sort le premier et aperçoit un soldat américain devant l’actuelle maison de Mr Méance (13 rue de la Paix). Fou de joie il lui saute au cou.

Les Américains demandent malgré tout aux habitants de rester prudents car les Allemands ne se sont pas tous rendus. L’un deux s’enfuyant en direction de Pommereuil devient la cible d’un soldat américain. Le soldat allemand riposte et l’une de ses balles vient se loger dans l’horloge d’une habitation située dans l’actuelle rue du 11 novembre. Il finit par être abattu et son corps est enterré au bord droit de la route dans la direction de Pommereuil juste avant la bifurcation de Saint Mamert. Cette tombe était encore visible vers l’année 1949.

Les habitants du Château descendent alors au Village et Marcel Coueffé se souvient que les soldats allemands prisonniers étaient alignés les mains sur le mur de la maison à colombages située à l’angle des actuelles Route Fleurie et de rue Jean Moulin.     

 

[1] Les parents de Marcel, narrateur de ce témoignage.

[2] Ulysse Dugast est le fils d’Alexandre Dugast, maire de Corneuil durant la Première Guerre mondiale, mais surtout il est le père d’un personnage encore présent dans les mémoires des plus anciens, Roger Dugast alias « Saucisson »  artisan hors pair qui tenait sa charcuterie place du Vieux Marché à Damville.

[3] L’endroit de cette tranchée se situe actuellement dans la propriété de Mr et Mme Beurnaux.

Ceux de 14 à Corneuil - Samedi 30 avril

Dans le cadre des commémorations du centenaire de la 1ère Guerre mondiale,  M. Flamen, maire de la commune de Chambois et MM. Lesage et Phiquepron, maires des communes déléguées de Corneuil et Thomer-la-Sôgne, ont le plaisir de vous inviter le samedi 30 avril 2016, de 17h à 19h à la présentation du travail de Jean-Pierre Beurnaux sur les hommes du village de Corneuil ayant participé à la 1ère Guerre mondiale.

Cette séance sera aussi l'occasion d'évoquer ce qu'était le village et sa population à l'époque ainsi que le rôle des femmes pendant la guerre.

 

Programme

  • La Grande Guerre : courte vidéo.
  • Discussion : Corneuil  il y a cent ans, c'était comment ?
  • Distribution et présentation  de la monographie "Ceux de  14 à  Corneuil" par l'auteur.
  • Les hommes du monument aux morts  d'Avrilly et de Thomer-la-Sôgne : premiers éléments
  • Questions et réponses.
  • Apéritif offert par la commune de Chambois.

 

Séance gratuite ouverte au public
Réfectoire de l'école de Corneuil

 

La monographie peut ête téléchargée ici.